Valorisation énergétique de la Biomasse

La valorisation optimisée des combustibles solides a toujours été le souci du Groupe CdF : quand cette préoccupation rejoint la protection de l’environnement, cela donne, pour une île comme la Réunion, environ 45 % de l’énergie électrique annuellement nécessaire aux besoins du réseau EDF produite au moyen d’un combustible écologique et renouvelable, et 35 % dans le cas de la Guadeloupe.

Les 2 sucreries de la Réunion traitent environ 2 000 000 tonnes de cannes pour produire plus de 200 000 t de sucre par an et plus de 620 000 tonnes d’un résidu ligneux, la bagasse, dont le pouvoir calorifique est celui d’un lignite (charbon n’ayant pas achevé son cycle de minéralisation).

Habituellement, les sucreries consomment une partie de la bagasse pour couvrir leurs besoins de vapeur et d’électricité et l’excédent doit être éliminé. Cette élimination se fait le plus souvent par fermentation et émission de méthane, et par brûlage à l’air libre, dans de très mauvaises conditions thermiques (émissions d’une grande proportion d’imbrûlés solides et gazeux).

C’est pourquoi SIDEC et CdF Ingénierie, filiales de CdF, ont réalisé 2 centrales d’une puissance de 2 x 30 et 2 x 32 MWe, respectivement à Bois Rouge et au Gol à la Réunion, et une centrale de 2 x 32 MWe à la Guadeloupe. Ces unités valorisent toute la bagasse produite durant la campagne sucrière tout en assurant les besoins énergétiques de la sucrerie et en délivrant l’excédent de production électrique sur le réseau. Hors campagne sucrière, le relais est assuré par le charbon.

Du point de vue de l’environnement, la centrale mixte bagasse/charbon, utilisant la totalité de la biomasse disponible, est favorable sur tous les plans, qu’il s’agisse des polluants classiques (SO2, NOx, poussières) ou du CO2 par rapport aux solutions de production alternative d’énergie électrique utilisant des hydrocarbures liquides.

En outre, ce type de centrale mixte est déterminant dans le maintien et le développement de la filière canne et des emplois liés.

Ce sont ces raisons qui ont conduit au développement et à la réalisation par SIDEC d’une 4ème unité de 2 x 35 MWe à l’Ile Maurice à laquelle CdF Ingénierie est à nouveau associée.

Pour plus d’information voir le site : http://www.developpement-durable.gouv.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*