Circuit au Chili : une chance de se dépayser d’une autre manière

Limitrophe avec la Bolivie, le Pérou et l’Argentine, le Chili est une contrée aux attraits exceptionnels. Cette destination d’Amérique latine est célèbre pour son fameux désert d’atacama et pour sa magnifique île de Pâques. Faisant partie des pays dits du Cône Sud, elle présente des paysages époustouflants avec ses régions montagneuses et ses lacs. Au cœur de cette nation, les touristes remarqueront une certaine influence de culture européenne. Celle-ci est une adresse parfaite pour réaliser un voyage culinaire.Elle a tout ce qu’il faut pour émerveiller les papilles.

Circuit au Chili : une chance de savourer ses irrésistibles plats

Une fois au Chili, les vacanciers entendront souvent parler du pastel de papa et de la cazuela. Cette dernière est un plat typique de ce pays. Elle se concocte à base de poulet haché ou de viande de bœuf, du maïs et de pommes de terre. Les Chiliens l’agrémentent également de riz, de citrouille ainsi que d’autres légumes. Cette spécialité culinaire est issue de la fusionde la cuisine traditionnelle espagnole et locale. Pour étonner encore plus leurs papilles, les voyageurs ne manqueront pas de déguster le humita. Celui-ci se prépare avec du maïs moulu et d’oignons. Il est possible d’ajouter du fromage au mélange pour multiplier le goût. Le tout est ensuite enveloppé dans des feuilles de maïs. Ce mets se mange salé avec du piment. Rien qu’en l’évoquant, il donne déjà l’eau à la bouche. Durant ce circuit, les touristes n’oublieront pas non plus de savourer l’exquis empanada.

Les desserts et les douceurs à savourer lors d’une escapade au Chili

Les desserts occupent une place de choix dans la cuisine chilienne. Comme dans d’autres pays d’Amérique latine, le Chili a aussi un goût prononcé pour le manjar. Cette douceur se prépare à base de lait, de vanille, d’acide citrique, de sucre et de cannelle. Elle se mange avec du pain. Elle est également utilisée dans la composition de certaines pâtisseries. Durant leur séjour au Chili, les vacanciers auront la chance de savourer le pan de Pascua. Ce gâteau se constitue de farine, de beurre, de sucre, de raisins secs et de levure chimique. Les Chiliens l’agrémentent de gingembre, de miel et de fruits confits. Cet entremets fera sans doute plaisir aux petits et aux grands. Le chapelele sucré est aussi à ne pas manquer lors de cette escapade.

Les boissons à siroter lors d’une expédition au cœur du Chili

En termes de boissons, le Chili a tout ce qu’il faut pour émerveiller les papilles des voyageurs.Le mot con huesillo compte parmi les plus délicieuses d’entre elles. Il se concocte à partir de blé cuit et de pêche séchée. Cette mixture rafraîchissante, sans alcool, se vend dans les stands de nourriture. Elle est habituellement servie dans un grand verre. Durant cette virée, les touristes ne manqueront pas non plus de goûter la cola de mono. Ce cocktail chilien se prépare à base de café, de sucre, de lait, d’eau-de-vie et de clou de girofle. Il se boit surtout à Noël et le jour de l’an. Un sejours au Chili est l’occasion de siroter le pisco. Celui-ci est obtenu par distillation du raisin.

Partir en Ouzbékistan pour s’adonner à de multiples activités

 

L’Ouzbékistan est une contrée fascinante, malgré le fait qu’elle soit moins prisée que ses voisins (le Kirghizistan ou le Turkménistan). Avec ses étendues de steppe, ses espaces désertiques et ses régions d’altitude, elle accueille surtout les passionnés de randonnée équestre et les amateurs de haute montagne. Cela dit, le fait d’effectuer des balades à cheval sur le territoire ouzbek est une occasion pour les vacanciers de se ressourcer totalement. Cette expérience offre aux routards une opportunité de découvrir beaucoup d’attraits touristiques impressionnants comme des peintures rupestres, des mausolées datant de plusieurs années, voire des traces de dinosaures.

Les globe-trotters plongeront ainsi dans le passé ouzbek tout en admirant différents paysages qui méritent d’être photographiés. Par ailleurs, le trek est aussi un passe-temps parfaitement réalisable dans cette adresse, même s’il faut avouer qu’il y a peu de zones à explorer aux environs des frontières locales. Ces sites sont pour la plupart donc fermés, mais il existe d’autres lieux propices au trekking tels que les montagnes entre Shahrisabz et Samarcande. Celles-ci ont été ouvertes au public depuis 2003 afin de répondre aux envies d’aventure des voyageurs du monde entier.

L’escalade et les sports nautiques, des activités réalisables en Ouzbékistan

Marqué par une grande variété de sommets, l’Ouzbékistan est un lieu privilégié pour faire de l’escalade dans d’excellentes conditions. Avec l’imposant pic Lénine (un mont situé sur le territoire kirghize), les amateurs de grimpe aguerris pourront sûrement s’adonner librement à ce genre d’activité en commençant leur aventure depuis les terres ouzbeks. Pour trouver les meilleurs terrains pour pratiquer ce sport, les grimpeurs émérites pourront également se faire accompagner par un guide local qui connait parfaitement la région et les problèmes frontaliers dans cette partie de l’Asie centrale. De cette manière, leur voyage en Ouzbékistan sera des plus réussis et leur séjour, gratifiant. Par ailleurs, les sites nautiques ouzbeks sont prêts à accueillir les adeptes de rafting ou de canyoning provenant des quatre coins du globe, et certains tour-opérateurs locaux sont en mesure d’organiser le séjour des visiteurs étrangers pour que leur aventure dans ce pays se déroule à merveille.

Visite et camping dans la réserve de Bala Tugaï

Lors d’un circuit en Ouzbékistan, les amoureux de la nature se feront une joie de partir à la découverte de la réserve naturelle de Bala Tugaï, le parc le plus accessible du pays. Ce site saura sûrement attiser la curiosité des amateurs d’espèces fauniques, car il abrite toute une variété de spécimens, dont le lièvre, le cerf, le chat du désert, le cochon sauvage, et même le renard. Il est plus facile d’apercevoir ces animaux très tôt le matin ou au coucher du soleil. Les touristes pourront donc camper sur place pour profiter de cette expérience le temps d’un séjour en Ouzbékistan.

Propice à la randonnée équestre, cet endroit est également caractérisé par des champs de coton qui étaient autrefois (avant l’intervention des Soviétiques) un immense et incroyable espace forestier. Malgré ce fait, la réserve de Bala Tugaï reçoit toujours des visiteurs chaque année, tellement elle est attrayante. À noter surtout qu’il faut bien respecter les instructions imposées par les gardiens du parc (concernant l’installation des tentes, etc.) si les backpackers souhaitent y rester une ou quelques nuits.

Comment réagir face à une crampe lors d’un trekking ?

Il arrive souvent que l’on soit victime d’une crampe pendant son voyage et trekking dans le désert marocain ou ailleurs. De nombreuses causes peuvent être à l’origine de ces contractions subites des muscles, notamment la mauvaise hydratation, la mauvaise préparation, des carences en vitamines ou en sels minéraux, ou alors certaines maladies chroniques. Face aux crampes il est préférable de prévenir au lieu de subir les douleurs et d’y remédier. Parmi les méthodes de prévention nous pouvons citer l’hydratation, bien boire avant et pendant les efforts vous permettra d’éviter des crampes. Faire des étirements selon les normes et en toute douceur prévient aussi les crampes. Faites des étirements avant et après le trekking, cela permet que les muscles soient bien préparés aux efforts que vous fournirez et facilite votre récupération. Se servir de chausses défatigantes vous arme un peu plus contre les crampes, portez-les après les efforts de la journée de trekking.

Vous avez des chances de souffrir de crampes quand vos muscles ne sont pas bien reposés et que vous repartez pour un autre tour le lendemain. Il est donc important de bien récupérer après une longue journée de trekking au Maroc ou ailleurs. Manger sain et équilibré vous permettra aussi d’éviter les crampes. La veille d’une longue marche, ne consommez pas d’alcool qui contribue à l’apparition de crampes, et surtout reposez-vous correctement avec une bonne nuit de sommeil. Un mode de vie saine contribue à vous apporter une bonne santé, ainsi qu’une bonne performance de vos muscles. Si malgré toutes ces précautions vous êtes tout de même victime d’une crampe, vous pouvez réagir d’une certaine façon.

La première chose à faire quand une crampe vous saisit lors d’un trekking au Maroc ou ailleurs, est de vous arrêter ? Si cela arrive pendant la marche, arrêtez-vous, si cela arrive au repos changez de position. Ensuite, étirez le muscle en souffrance, très doucement et au fur et à mesure. Étirez le muscle dans le sens opposé à celui qui a causé la crampe. Si vous avez une crème chauffante, vous pouvez l’utiliser pour chauffer le muscle. Faites une pause de 15 à 20 minutes, buvez beaucoup d’eau et mangez convenablement. Une fois que vous serez remis, repartez en douceur, sans forcer. En adoptant les bonnes habitudes, il est possible d’éviter 99% des crampes lors d’un exercice physique. Faire ces efforts préliminaires est plus intéressant que de subir les douleurs liées à la crampe. Si vous êtes souvent sujet aux crampes sans que ce ne soit lié à une maladie chronique, pensez à enrichir votre alimentation en magnésium.

Résider dans un hôtel de luxe pour découvrir les expositions du musée Yves Saint-Laurent à Marrakech

Le musée Yves Saint-Laurent de Marrakech est un bâtiment initié par Pierre Bergé en hommage et à l’honneur du couturier disparu. L’objectif étant de manifester l’amour des deux Français pour le Maroc, mais aussi de mettre à disposition les œuvres du couturier afin que les personnes qui l’aimaient puissent faire un pas dans sa vie, son quotidien et s’en inspirer. Louer un hôtel de luxe à Marrakech sur le site https://www.sejour.org/Afrique/Profiter-d-un-sejour-royal-au/ vous permettra de découvrir cette magnifique œuvre architecturale qui est un savant mélange de l’architecture moderne et de l’architecture traditionnelle marocaine, de par ses matériaux, les vitraux, mais aussi le patio qui vous accueille dès votre arrivée. Parmi les espaces d’exposition du musée, vous découvrirez la salle d’exposition permanente Yves Saint-Laurent. Cet espace permettra aux visiteurs de découvrir les pièces iconiques du couturier, que ce soir la Saharienne, le smoking, la robe Mondrian et même le caban.

L’éclairage est théâtral sur un fond noir et les visiteurs pourront découvrir une photo du couturier décédé en 2008, juste à l’entrée du musée. Les visiteurs pourront aussi découvrir la première ébauche du logo de la maison dessinée par Adolphe Mouron que l’on appelle aussi Cassandre, ils pourront accéder à l’univers créatif du couturier en découvrant ses planches de collections ainsi que les croquis originaux de ses créations les plus importantes. Les touristes qui résident dans des hôtels de luxe à Marrakech, à proximité de ce musée, auront l’occasion d’effectuer ce voyage dans les 40 ans d’ouvrage du couturier Yves Saint-Laurent. Ce musée est plus qu’une rétrospective, il s’agit d’un déroulé en temps réel du livre de la vie du couturier, à travers l’exposition de ses œuvres sur 400 m².

Les visiteurs pourront découvrir un film qui dévoile l’origine des créations du couturier, il s’agit pour le spectateur de voir comment on passe d’un dessin à un croquis pour aboutir à un échantillon de tissu et une tenue magnifique. Les résidents des hôtels de luxe de Marrakech pourront également découvrir la biographie du couturier à travers des images, des photos 2D et 3D, des photographies de mode ayant fortement influencé sa maison de couture, et des lettres. Les visiteurs vivront ainsi une moitié de l’histoire de la couture du 20e siècle, plus particulièrement l’histoire et la vie d’Yves Saint-Laurent. Les modèles seront également présentés autour de thèmes ayant de l’importance aux yeux d’Yves Saint-Laurent comme « le noir », le « Masculin-Féminin » « les voyages imaginaires », « les jardins », « l’Art ». La fondation Pierre-Bergé-Yves Saint-Laurent à Paris a prêté plus de 1000 objets au musée afin d’en assurer la programmation durant plusieurs années.

Le trekking au Maroc apporte-t-il les mêmes sensations qu’au Népal ?

Le trekking au Maroc fait déjà officiellement partie des activités préférées des touristes à travers le monde. C’est une activité qui est bonne pour la santé, mais en plus elle permet de découvrir de nouveaux horizons et une nouvelle culture. De quoi intéresser encore plus les participants. Le circuit marocain est intéressant et prend plusieurs formes puisque les randonneurs peuvent visiter les montagnes, les villages, le désert, etc. Toutefois, des circuits prennent de plus en plus d’ampleur dans la sphère des randonneurs et des passionnés de trekking http://www.aventure-berbere.com/types/rando-trekking/. Parmi ces circuits qui méritent d’être découverts, nous pouvons citer celui de l’Annapurna au Népal. Ce circuit s’étend sur 206 km et se déploie en forme de fer à cheval. Sur ces 206 km, le randonneur a l’occasion de découvrir toutes les richesses de la région comme les rizières, la jungle, les canyons, les torrents, les forêts de pins, sans oublier les sommets enneigés.

Ces sommets enneigés forment une toile de fond qui ne cesse d’évoluer au fil du parcours. De plus, le long du chemin vous rencontrerez les populations autochtones qui ne feront que rajouter du charme à ce parcours plein de beauté, un peu comme les populations berbères que vous rencontrez sur les circuits du trekking au Maroc. Sur le long du chemin vous trouverez également des spécialités locales comme les bougies de beurre, les maisons de thé-auberges où vous pourrez passer vos nuits, c’est un monde différent de celui que vous connaissez et qui vous enchantera, dans un décor magique. La meilleure période pour se rendre dans ce pays et effectuer ce parcours est le mois d’octobre, car les températures sont clémentes et le ciel y est bleu.

Ce parcours présente tout de même quelques difficultés. La montée est certes bonne et progressive, mais le circuit est assez long, plus long que la plupart des circuits que l’on rencontre lors d’un trekking au Maroc. Il faut prévoir en moyenne 3 semaines pour faire le circuit complet, en sachant que les points les plus élevés culminent à 5 000 mètres d’altitude. L’une des exceptions de ce parcours est qu’il faut disposer d’un permis de randonnée que vous pourrez acheter à Katmandou sans souci. Grâce aux maisons de thé-auberges qui jonchent le parcours, les problèmes de logement et de nutrition sont vite réglés. Comme pour tous les trekkings en territoire inconnu, le mieux est de contacter un guide professionnel dont la présence vous sera bénéfique et utile tout au long de votre parcours.

Quelle formation est exigée pour les chauffeurs de taxi moto à Paris ?

Depuis quelques années, les conditions d’accès à la profession de chauffeur de taxi moto à Paris et en France ont été revisitées. Avant cela il suffisait de solliciter une carte professionnelle auprès de sa préfecture pour exercer, mais depuis octobre 2014, il est devenu obligatoire de passer un examen d’aptitude des compétences comme les chauffeurs de taxi. Cette condition s’adresse principalement aux futurs chauffeurs qui ne justifient pas d’au moins une année d’expérience dans le transport des personnes. On rencontre pourtant une difficulté dans ce processus, le texte impose de passer un examen, mais ledit examen n’existe pas dans les faits et encore moins dans la législation. Les modalités de l’examen n’étant pas disponibles, les demandes de chauffeurs de taxi moto sur le site http://www.bluebird-privileges.fr/ rencontrent des refus, puisque les candidats ne remplissent pas les conditions. Précisons que cela concerne essentiellement les personnes qui n’ont pas d’expérience dans ce secteur d’activité.

La contradiction va même plus loin que cela, elle cause également du préjudice à certains aspirants à ce métier qui justifient pourtant de plus de 20 ans d’expérience pour certains. Certains, après la création de leur entreprise et leur enregistrement à la chambre des métiers et de l’artisanat, doivent déposer une demande à la préfecture afin d’obtenir une carte professionnelle qui justifie qu’ils exercent en tant que « chauffeurs de moto taxi » à Paris ou ailleurs. Ils ont beau être prêts pour certains, l’examen n’étant pas mis en place ils ne peuvent pas exercer comme il se devrait. La réponse négative que certains obtiennent est justifiée par la réglementation. Puisqu’elle a été modifiée en ce qui concerne le transport des personnes par véhicules à moteur à deux ou trois roues.

En précisant bien que cette nouvelle loi s’applique précisément aux personnes qui ne justifient pas d’expérience dans la pratique du métier de chauffeur de taxi moto à Paris, ou dans d’autres régions françaises. Il est vrai que sur le plan officiel l’activité de taxi moto n’est pas interdite. Toutefois le ministère des Transports associé à celui de l’Intérieur a trouvé une solution pour éviter que les chauffeurs soient renouvelés : laisser la situation à ce point et attendre que l’on ne fasse plus état du dossier. Rappelons que ces deux ministères sont aussi en charge de l’aboutissement du texte sur le rétrofit des 100 ch qui est aussi attendu depuis 2016.

Trouver un chauffage performant à l’éthanol !

L’hiver approche à grands pas et vous avez envie de trouver une alternative pour pouvoir trouver un chauffage d’appoint performant mais surtout économique et écologique mais aussi qui ne mette pas votre santé et celle de votre famille en danger.Le budget des ménages pour les énergies ne cessent d’augmenter au fil du temps et certains foyers ne peuvent même plus se chauffer 24 heures sur 24 en hiver. Depuis quelques années, certaines entreprises ont décidé de développer leurs recherches sur des énergies alternatives afin de proposer au grand public des chauffages plus performants et moins gourmands en énergies fossiles.

Le chauffage à l’éthanol fait fureur dans tous les intérieurs modernes comme plus classiques comme chauffage d’appoint durant les longues soirées froides de l’hiver. Vous trouverez des chauffages à l’éthanol de toutes les formes, de toutes les capacités de chauffe mais surtout à tous les prix aussi bien sur internet que dans les magasins de bricolage traditionnels.

Le chauffage à l’éthanol est un de plus performants du marché à l’heure actuelle. Il dispose d’une capacité de chauffe comprise entre 2500 et 3000 watts soit l’équivalent de deux radiateurs électriques. Une importante capacité de chauffe et une économie en carburant également car pour environ 1.5 litres de carburant vous pourrez vous chauffer ou profiter de votre chauffage à l’éthanol durant plus de trois ou quatre heures selon votre brûleur et l’intensité que vous avez choisi pour la flamme. L’éthanol ou le bio éthanol est plus économique que les énergies comme l’électricité, le gaz ou le fioul.

Vous pourrez trouver des chauffages et des cheminées à l’éthanol sur le site internet de l’entreprise « Bio Factory » à l’adresse suivante : www.biofactory.fr. Vous pourrez choisir entre une cheminée de type haussmannien ou encore une cheminée beaucoup plus design en inox et aux courbes soignées. Vous en trouverez sans aucun doute une qui correspondra à toutes vos attentes et notamment à votre budget ! La livraison est rapide et vous pouvez poser toutes vos questions ou vos interrogations directement par téléphone en contactant le service client de « Bio Factory ». Une bonne idée de cadeau pour tous vos proches avant que la saison de l’hiver et les rudes températures hivernales n’arrivent !

A lire aussi pour plus d’information sur les cheminées à l’éthanol : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fausse_chemin%C3%A9e#Foyer_au_bio.C3.A9thanol

Stratégie d’investigation pour les sites industriels pollués par les HAP

Les anciens sites industriels de la carbochimie de la région Nord Pas-de-Calais recèlent des hydrocarbures polycycliques aromatiques, polluants caractéristiques de la transformation des charbons retrouvés aussi bien sur les sites d’anciennes cokeries, d’usines à gaz ou d’autres industries des dérivés.

Deux études ont été réalisées en parallèle et en aveugle sur un même site carbochimique en vue de l’évaluation scientifique et technique de méthodes complémentaires d’investigation et d’analyses. Le site a fait l’objet d’une campagne de mesures géophysiques (électrique et magnétique).

L’étude du Pôle de Compétences a associé les spécificités propres des laboratoires universitaires du CREID et de l’ISA, les méthodologies des sociétés Gester/Géostock, Gore, Pontignac et AGREN. Basées sur un maillage triangulaire (h = 15 m) du site, deux méthodes d’analyse d’éthanol, l’une par pompage in situ, l’autre par adsorption passive sur cartouche en place, ont été mises en œuvre. En fonction des résultats obtenus, des sondages en échantillonnage continu non destructif ont été réalisés sur 5 axes caractéristiques du site. Après relevés géologiques et  » organoleptiques « , des échantillonnages systématiques aux différentes profondeurs ont été réalisés. Différents paramètres physico-chimiques classiques (pH, pertes au feu, NTK, sulfates) ont été déterminés, ainsi que les teneurs en HAP aux différents niveaux.

L’étude du CNRSSP a été basée sur la réalisation de mini-fosses profondes de 80 cm, sur une maille régulière carrée de 20 mètres permettant à la fois l’analyse des gaz émis par ces fosses (signal global par PID) et un échantillonnage moyen des terres enlevées, avec description des profils superficiels rencontrés. Sur le même maillage, une campagne de forages carottés en fin diamètre a permis d’investiguer la tranche de sol entre 0.8 et 1.7 m de profondeur. Les teneurs en HAP (16 molécules de la liste EPA), l’indice phénols, le pH et le COT ont été mesurés dans les échantillons solides prélevés en fosses et par forage. Des dosages par kits immuno-enzymatiques ont été testés sur des échantillons à différents niveaux de concentration en HAP. Enfin, deux échantillonnages particuliers ont été réalisés dans deux fosses foncées, l’une dans une zone à fortes teneurs en HAP, l’autre à faibles teneurs.

Les résultats indépendants de ces deux études ont été croisés et analysés à l’aide des techniques statistiques classiques et des techniques géostatistiques.

Les résultats et les conclusions qui seront présentées concernent :

l’intérêt de la géophysique pour l’exploration préliminaire de sites complexes, les apports
des analyses de gaz pour l’investigation de sites pollués par les HAP,
des paramètres physico-chimiques classiques,
la nécessité d’une approche géostatistique pour l’interprétation des données, la validation de comparaison de méthodes et la localisation des pollutions,
l’influence du choix des points d’échantillonnage sur les cartographies de sites.

Valorisation énergétique de la Biomasse

La valorisation optimisée des combustibles solides a toujours été le souci du Groupe CdF : quand cette préoccupation rejoint la protection de l’environnement, cela donne, pour une île comme la Réunion, environ 45 % de l’énergie électrique annuellement nécessaire aux besoins du réseau EDF produite au moyen d’un combustible écologique et renouvelable, et 35 % dans le cas de la Guadeloupe.

Les 2 sucreries de la Réunion traitent environ 2 000 000 tonnes de cannes pour produire plus de 200 000 t de sucre par an et plus de 620 000 tonnes d’un résidu ligneux, la bagasse, dont le pouvoir calorifique est celui d’un lignite (charbon n’ayant pas achevé son cycle de minéralisation).

Habituellement, les sucreries consomment une partie de la bagasse pour couvrir leurs besoins de vapeur et d’électricité et l’excédent doit être éliminé. Cette élimination se fait le plus souvent par fermentation et émission de méthane, et par brûlage à l’air libre, dans de très mauvaises conditions thermiques (émissions d’une grande proportion d’imbrûlés solides et gazeux).

C’est pourquoi SIDEC et CdF Ingénierie, filiales de CdF, ont réalisé 2 centrales d’une puissance de 2 x 30 et 2 x 32 MWe, respectivement à Bois Rouge et au Gol à la Réunion, et une centrale de 2 x 32 MWe à la Guadeloupe. Ces unités valorisent toute la bagasse produite durant la campagne sucrière tout en assurant les besoins énergétiques de la sucrerie et en délivrant l’excédent de production électrique sur le réseau. Hors campagne sucrière, le relais est assuré par le charbon.

Du point de vue de l’environnement, la centrale mixte bagasse/charbon, utilisant la totalité de la biomasse disponible, est favorable sur tous les plans, qu’il s’agisse des polluants classiques (SO2, NOx, poussières) ou du CO2 par rapport aux solutions de production alternative d’énergie électrique utilisant des hydrocarbures liquides.

En outre, ce type de centrale mixte est déterminant dans le maintien et le développement de la filière canne et des emplois liés.

Ce sont ces raisons qui ont conduit au développement et à la réalisation par SIDEC d’une 4ème unité de 2 x 35 MWe à l’Ile Maurice à laquelle CdF Ingénierie est à nouveau associée.

Pour plus d’information voir le site : http://www.developpement-durable.gouv.fr/