La passion de l’architecte au Maroc pour les hautes constructions

architecte au Maroc

Contrairement à ce que les constructions actuelles montrent, le Maroc n’a pas toujours eu une affection particulière pour les hautes constructions. Encore dans les années 1990, les seuls édifices qui mesuraient plus de 100 mètres de haut étaient les minarets des moquées. Les premiers édifices à dépasser cette hauteur sont les tours jumelles du Twin Center dans la ville de Casablanca dont l’architecte au Maroc aussi le site Bab Design a ouvert la voie à différents projets plus ambitieux les uns que les autres. Depuis l’inauguration du nouveau siège de la société de télécommunications Maroc Télécom en 2014, les tours du Twin Center ne sont plus les plus hautes du Maroc. Autrefois, du fait de l’absence des hautes constructions dans la culture locale, le Maroc ne comptait pas de hauts édifices, l’une des toutes premières très hautes réalisations fut la mosquée Hassan II. Rappelons que la mosquée Hassan II est la plus grande de tout le Maghreb et la troisième plus grande à l’échelle mondiale, son minaret mesure 201 mètres.

Les architectes au Maroc en charge de ce projet l’ont livré en 1993, et c’est seulement en 1998 que les tours jumelles du Twin Center voient le jour, avec leurs 115 mètres de hauteur. Ce centre commercial abrite des bureaux, des commerces et un hôtel 5 étoiles. en ce moment elles prennent le relais du minaret de la mosquée Hassan II et deviennent les plus hauts édifices de bureaux dans tout le Maghreb. De nos jours, c’est le siège social de Maroc Télécom qui est le plus haut édifice avec ses 136,5mètres de haut. L’édifice a été inauguré en 2013 et il est encore le bâtiment le plus haut du royaume. Ce bâtiment a même reçu une mention spéciale du jury du « Grand Prix des bâtiments de très grande hauteur » à Paris, pendant le Forum Eco building. Précisons que ce bâtiment est à la fois innovateur, écologique et high-tech.

L’avenir s’annonce plus haut pour les édifices du Maroc, les architectes au Maroc s’en donnent à coeur joie. Le groupe BMCE Bank par exemple, a présenté avec fierté la maquette du prochain siège social du groupe qui sera bâti au coeur de Casablanca Finance City, sur une superficie totale de 1,5 hectare. Le bâtiment aura une forme de fusée et s’élèvera à 190 mètres de hauteur. Le bâtiment est attendu pour la fin d’année 2016.

Comment lire les informations sur des pneus en Guadeloupe ?

pneus

Beaucoup de personnes ont des pneus en Guadeloupe ou ailleurs, que ce soit sur leurs véhicules ou tout simplement lors d’un achat ou remplacement de pneus. Il n’est pas toujours évident de comprendre les informations rédigées sur ces pièces en caoutchouc, même pour les conducteurs les plus expérimentés. Dans cet article nous vous donnons quelques informations qui vous aideront à mieux déchiffrer les annotations marquées sur les pneus et vous pourrez ainsi mieux comprendre de quoi il est question. En attendant pour obtenir plus d’informations sur les pneus, vous pouvez suivre le lien http://www.vospneus.fr/. S’agissant des informations concernant un pneu, vous pouvez en trouver de nombreuses directement sur le pneu, notamment sa taille, son indice de charge, sa hauteur et même son indice de vitesse. Si vous voulez connaître la taille du pneu, regardez sur son flanc et vous trouverez des mentions du style « 205/55R16 ». Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Reprenons la mention « 205/55R16 » élément après élément. 205 C’est la section, il s’agit de la largeur du pneu mentionnée en millimètres. 55 c’est la série du pneu, en réalité c’est un rapport en pourcentages entre la hauteur et la largeur du pneu, qui donne l’épaisseur des pneus, en Guadeloupe et partout dans le monde. Dans ce code, la lettre « R » définit la structure radiale, sur les pneus à structure diagonale on retrouve la lettre « D ». Le chiffre 16 qui vient en dernière position correspond au diamètre intérieur, celui de la jante exprimé en pouces.

Les dimensions du pneu regroupent deux indices : un chiffre et une lettre donc le code se termine par un code du style « 91V ». 91 ici, correspond à l’indice de charge qui est la charge maximale en kilogrammes que le pneu est capable de supporter tout en conservant ses caractéristiques. En changeant de pneu, vous pouvez opter pour un indice de charge supérieur puisque le pneu qui supporte 500kg, selon son indice, peut en supporter 400. Cela n’affectera pas négativement les performances de votre véhicule. Cela est valable pour un pneu en Guadeloupe, comme pour un pneu en Afrique, la règle est la même. On retrouve parfois la mention « XL » ou « extraload », ou « Reinf » ou « Reinforced » qui signifie que le pneu a été renforcé et peut supporter des charges supérieures à celles indiquées sur l’indice originel.

Immobilier à Marrakech : Pourquoi franchir le cap ?

immobilier marrakech

Vous souhaitez investir dans sur le marché de l’immobilier à Marrakech ? Vous souhaitez en savoir un peu plus sur ce secteur qui vous est pour le moment inconnu ? Marrakech est une ville qui attire de nombreux investisseurs étrangers depuis son ascension au début des années 2000 mais où en est-on aujourd’hui et comment ou où investir pour être sûr de faire une bonne affaire ?

Investir dans un bien à Marrakech !

Investir dans l’immobilier à Marrakech avec Mauresque Immobilier c’est le rêve de nombreux investisseurs étrangers mais aussi nationaux. Il faut dire que la ville ocre attire chaque année des millions touristes qui font des heures et des heures d’avion pour profiter de son soleil, de sa convivialité et de sa douceur de vivre. Pour quelques semaines ou toute une vie, la ville ocre ne vous laissera pas indifférent. Vous tomberez littéralement sous son charme ou vous n’y reviendrez plus jamais ! Elle est comme ça, Marrakech !
Depuis le début des années 2000, le marché immobilier à Marrakech s’est fortement étoffé. Les biens sont sortis de terre comme des champignons que ce soit des immeubles, des villas ou autres. De très nombreux quartiers ont même vu le jour. Un développement fulgurant qui a profité aux professionnels de l’immobilier pendant quelques années avant que la crise immobilier de 2007 ne vienne ralentir les choses. Aujourd’hui, la plupart des agences ont de très nombreux biens à vendre. Tous les types de biens sont représentés du riad à rénover en passant par les appartements haut standing de l’Hivernage ou encore des petites maisons dans les quartiers résidentiels de Targa ou Agdal.

Quelle position pour les acheteurs ?

En tant qu’acheteur vous n’avez que l’embarras du choix et surtout une certaine ascendante pour faire baisser les prix au moment de la négociation. Certains acheteurs qui pensaient faire une bonne affaire au début des années 2000 décident de remettre en vente leur bien pour récupérer le capital de départ ou parce qu’ils ne sont pas satisfaits du rapport locatif. Il faut dire que le marché est si concurrentiel qu’il est beaucoup difficile de tirer son épingle du jeu et de faire des bénéfices qu’autrefois. Cette multiplication des biens à vente a permis aux prix de baisser. C’est une excellente période pour investir dans un bien immobilier à Marrakech si vous avez les capitaux disponibles ou que vous pouvez emprunter à un taux intéressant.
Bonne recherche à tous et bon investissement sur le marché de l’immobilier à Marrakech !

Investissements étrangers dans l’immobilier à Marrakech et au Maroc

villa au maroc

Le Maroc se présente actuellement comme un pays ouvert à l’étranger et prêt à accueillir les projets innovants en son sein. De plus, le pays jouit d’un climat politique adéquat aux affaires, ce qui encourage les investissements étrangers en son sein. C’est pour cela que depuis plusieurs décennies maintenant, on assiste à un foisonnement de projets structurants, culturels, touristiques, etc. Tout est mis en ouvre pour que non seulement les investisseurs puissent avoir un retour sur investissement, mais aussi pour qu’en retour le pays puisse en bénéficier, via la création d’emplois, la création de sites touristiques, etc. C’est pour cette raison que l’on parle de partenariat gagnant. Dans le secteur immobilier, de nombreux projets ont été concrétisés et continuent de voir le jour, afin d’offrir aux Marocains et aux étrangers qui souhaitent s’installer au Maroc des logements de première qualité et surtout respectueux de l’environnement. L’immobilier à Marrakech n’est pas exclu de cette formule. On retrouve dans la ville ocre des projets immobiliers avec AtlasImmobilier  financés par de grands groupes étrangers.

Le projet Green Valley City Marrakech

Le groupe émirati « Green Valley » est l’un de ces grands groupes qui souhaitent investir au Maroc à travers le secteur immobilier. Le groupe émirati prévoir d’investir une somme globale de 3 milliards de dirhams dans différents programmes immobiliers à Marrakech et dans d’autres villes du royaume. Les facteurs qui ont influencé ce choix de pays pour les projets de Green Valley sont la stabilité du Maroc, ainsi que les relations fraternelles et amicales qui lient le Royaume et les Emirats arabes unis. Le projet immobilier se nomme « Green Valley City Marrakech ». Selon le Directeur général de la filiale de « Green Valley » au Maroc, Youssef Mansour, le groupe est déjà présent au Maroc avec de nombreux projets comme « Emirates Résidence », « Casa Résidence » à Casablanca.

Le projet « Green Valley City Marrakech » est une façon pour le groupe de consolider sa présence et ses investissements au Maroc, ainsi que les bonnes relations qui lient les deux régions. Le projet comptera plus de 350 villas luxueuses avec piscine et vue sur l’Atlas, on y retrouvera également de nombreux loisirs. Ce projet est le reflet de l’expérience de Green Valley dans l’immobilier. Maintenant cette expérience pourra être concrétisée dans l’immobilier à Marrakech. Précisons que le groupe émirati a déjà investi dans 16 pays à travers la planète et le choix de Marrakech est aussi une réponse aux besoins des clients du Moyen-Orient.

Valorisation énergétique de la Biomasse

La valorisation optimisée des combustibles solides a toujours été le souci du Groupe CdF : quand cette préoccupation rejoint la protection de l’environnement, cela donne, pour une île comme la Réunion, environ 45 % de l’énergie électrique annuellement nécessaire aux besoins du réseau EDF produite au moyen d’un combustible écologique et renouvelable, et 35 % dans le cas de la Guadeloupe.

Les 2 sucreries de la Réunion traitent environ 2 000 000 tonnes de cannes pour produire plus de 200 000 t de sucre par an et plus de 620 000 tonnes d’un résidu ligneux, la bagasse, dont le pouvoir calorifique est celui d’un lignite (charbon n’ayant pas achevé son cycle de minéralisation).

Habituellement, les sucreries consomment une partie de la bagasse pour couvrir leurs besoins de vapeur et d’électricité et l’excédent doit être éliminé. Cette élimination se fait le plus souvent par fermentation et émission de méthane, et par brûlage à l’air libre, dans de très mauvaises conditions thermiques (émissions d’une grande proportion d’imbrûlés solides et gazeux).

C’est pourquoi SIDEC et CdF Ingénierie, filiales de CdF, ont réalisé 2 centrales d’une puissance de 2 x 30 et 2 x 32 MWe, respectivement à Bois Rouge et au Gol à la Réunion, et une centrale de 2 x 32 MWe à la Guadeloupe. Ces unités valorisent toute la bagasse produite durant la campagne sucrière tout en assurant les besoins énergétiques de la sucrerie et en délivrant l’excédent de production électrique sur le réseau. Hors campagne sucrière, le relais est assuré par le charbon.

Du point de vue de l’environnement, la centrale mixte bagasse/charbon, utilisant la totalité de la biomasse disponible, est favorable sur tous les plans, qu’il s’agisse des polluants classiques (SO2, NOx, poussières) ou du CO2 par rapport aux solutions de production alternative d’énergie électrique utilisant des hydrocarbures liquides.

En outre, ce type de centrale mixte est déterminant dans le maintien et le développement de la filière canne et des emplois liés.

Ce sont ces raisons qui ont conduit au développement et à la réalisation par SIDEC d’une 4ème unité de 2 x 35 MWe à l’Ile Maurice à laquelle CdF Ingénierie est à nouveau associée.

Pour plus d’information voir le site : http://www.developpement-durable.gouv.fr/

Stratégie d’investigation pour les sites industriels pollués par les HAP

Les anciens sites industriels de la carbochimie de la région Nord Pas-de-Calais recèlent des hydrocarbures polycycliques aromatiques, polluants caractéristiques de la transformation des charbons retrouvés aussi bien sur les sites d’anciennes cokeries, d’usines à gaz ou d’autres industries des dérivés.

Deux études ont été réalisées en parallèle et en aveugle sur un même site carbochimique en vue de l’évaluation scientifique et technique de méthodes complémentaires d’investigation et d’analyses. Le site a fait l’objet d’une campagne de mesures géophysiques (électrique et magnétique).

L’étude du Pôle de Compétences a associé les spécificités propres des laboratoires universitaires du CREID et de l’ISA, les méthodologies des sociétés Gester/Géostock, Gore, Pontignac et AGREN. Basées sur un maillage triangulaire (h = 15 m) du site, deux méthodes d’analyse d’éthanol, l’une par pompage in situ, l’autre par adsorption passive sur cartouche en place, ont été mises en œuvre. En fonction des résultats obtenus, des sondages en échantillonnage continu non destructif ont été réalisés sur 5 axes caractéristiques du site. Après relevés géologiques et  » organoleptiques « , des échantillonnages systématiques aux différentes profondeurs ont été réalisés. Différents paramètres physico-chimiques classiques (pH, pertes au feu, NTK, sulfates) ont été déterminés, ainsi que les teneurs en HAP aux différents niveaux.

L’étude du CNRSSP a été basée sur la réalisation de mini-fosses profondes de 80 cm, sur une maille régulière carrée de 20 mètres permettant à la fois l’analyse des gaz émis par ces fosses (signal global par PID) et un échantillonnage moyen des terres enlevées, avec description des profils superficiels rencontrés. Sur le même maillage, une campagne de forages carottés en fin diamètre a permis d’investiguer la tranche de sol entre 0.8 et 1.7 m de profondeur. Les teneurs en HAP (16 molécules de la liste EPA), l’indice phénols, le pH et le COT ont été mesurés dans les échantillons solides prélevés en fosses et par forage. Des dosages par kits immuno-enzymatiques ont été testés sur des échantillons à différents niveaux de concentration en HAP. Enfin, deux échantillonnages particuliers ont été réalisés dans deux fosses foncées, l’une dans une zone à fortes teneurs en HAP, l’autre à faibles teneurs.

Les résultats indépendants de ces deux études ont été croisés et analysés à l’aide des techniques statistiques classiques et des techniques géostatistiques.

Les résultats et les conclusions qui seront présentées concernent :

l’intérêt de la géophysique pour l’exploration préliminaire de sites complexes, les apports
des analyses de gaz pour l’investigation de sites pollués par les HAP,
des paramètres physico-chimiques classiques,
la nécessité d’une approche géostatistique pour l’interprétation des données, la validation de comparaison de méthodes et la localisation des pollutions,
l’influence du choix des points d’échantillonnage sur les cartographies de sites.

Trouver un chauffage performant à l’éthanol !

L’hiver approche à grands pas et vous avez envie de trouver une alternative pour pouvoir trouver un chauffage d’appoint performant mais surtout économique et écologique mais aussi qui ne mette pas votre santé et celle de votre famille en danger. Le budget des ménages pour les énergies ne cessent d’augmenter au fil du temps et certains foyers ne peuvent même plus se chauffer 24 heures sur 24 en hiver. Depuis quelques années, certaines entreprises ont décidé de développer leurs recherches sur des énergies alternatives afin de proposer au grand public des chauffages plus performants et moins gourmands en énergies fossiles.

Le chauffage à l’éthanol fait fureur dans tous les intérieurs modernes comme plus classiques comme chauffage d’appoint durant les longues soirées froides de l’hiver. Vous trouverez des chauffages à l’éthanol de toutes les formes, de toutes les capacités de chauffe mais surtout à tous les prix aussi bien sur internet que dans les magasins de bricolage traditionnels.

Le chauffage à l’éthanol est un de plus performants du marché à l’heure actuelle. Il dispose d’une capacité de chauffe comprise entre 2500 et 3000 watts soit l’équivalent de deux radiateurs électriques. Une importante capacité de chauffe et une économie en carburant également car pour environ 1.5 litres de carburant vous pourrez vous chauffer ou profiter de votre chauffage à l’éthanol durant plus de trois ou quatre heures selon votre brûleur et l’intensité que vous avez choisi pour la flamme. L’éthanol ou le bio éthanol est plus économique que les énergies comme l’électricité, le gaz ou le fioul.

Vous pourrez trouver des chauffages et des cheminées à l’éthanol sur le site internet de l’entreprise « Bio Factory » à l’adresse suivante : www.biofactory.fr. Vous pourrez choisir entre une cheminée de type haussmannien ou encore une cheminée beaucoup plus design en inox et aux courbes soignées. Vous en trouverez sans aucun doute une qui correspondra à toutes vos attentes et notamment à votre budget ! La livraison est rapide et vous pouvez poser toutes vos questions ou vos interrogations directement par téléphone en contactant le service client de « Bio Factory ». Une bonne idée de cadeau pour tous vos proches avant que la saison de l’hiver et les rudes températures hivernales n’arrivent !

A lire aussi pour plus d’information sur les cheminées à l’éthanol : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fausse_chemin%C3%A9e#Foyer_au_bio.C3.A9thanol